radoter


radoter

radoter [ radɔte ] v. intr. <conjug. : 1>
XIIIe; radoté « tombé en enfance » 1080; de re- et rad. germ. dot-; cf. moy. néerl. doten, angl. to dote
Tenir, par sénilité, des propos décousus et peu sensés. déraisonner. « Il a tout au plus quarante ans; c'est s'y prendre un peu tôt pour baisser et radoter » (Sainte-Beuve).
Rabâcher, se répéter, parler toujours des mêmes choses. « Il m'arrive souvent de me redire. C'est ce que l'on appelle irrévérencieusement : radoter » (A. Gide). Encore cette histoire ! Il radote.
Trans. (1824) Fam. Qu'est-ce qu'il radote ?

radoter verbe intransitif (variante de l'ancien français redoter, du moyen néerlandais doten, être fou) Tenir des propos, des discours dénués de sens ou peu cohérents : Vieillard qui commence à radoter. Répéter de façon ennuyeuse les mêmes propos, les mêmes thèmes : Rien de nouveau dans sa conférence, il radote.radoter (synonymes) verbe intransitif (variante de l'ancien français redoter, du moyen néerlandais doten, être fou) Tenir des propos, des discours dénués de sens ou peu...
Synonymes :
- dérailler (familier)
radoter verbe transitif Répéter quelque chose de façon lassante, fastidieuse : Radoter les mêmes histoires.radoter (synonymes) verbe transitif Répéter quelque chose de façon lassante, fastidieuse
Synonymes :
- rabâcher

radoter
v.
d1./d v. intr. Tenir des propos qui dénotent un affaiblissement de l'esprit. Ce vieillard radote.
d2./d v. tr. Rabâcher.

⇒RADOTER, verbe intrans.
A. — Tenir des propos décousus ou dénués de sens, qui dénotent un manque d'intelligence ou un affaiblissement de l'esprit. Synon. déraisonner. Des vieux qui radotent; commencer à radoter. Rose, reconduisez cet enfant immédiatement et dites que le règlement est formel: un tablier de couleur et la tête propre (...). La mère (...) avait laissé radoter la directrice; jamais elle n'aurait cru possible une pareille prétention! (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 185):
1. — (...) Dans deux ans cette petite Sûzel peut être mariée, elle peut même avoir un petit poupon rose dans les bras. — Allons, tais-toi, vieux, tu radotes. — Je radote... C'est toi qui radotes; pour tout le reste tu parais avoir assez de bon sens, mais sur le chapitre du mariage tu es un véritable fou.
ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p. 32.
Empl. trans. Qu'est-ce que vous me radotez là? (Ac. 1935). Le seul rescapé du Sphinx est devenu idiot, soit. Mais si ce qu'il radote était vrai. Suppose qu'il s'agisse d'une devinette. Suppose que je la devine (COCTEAU, Machine infern., 1934, I, p. 28).
B. — 1. Répéter, sans nécessité et d'une manière fastidieuse, des choses qu'on a déjà dites. Synon. rabâcher. Aux cours publics, je n'écoutais plus les professeurs, qui, selon moi, radotaient (BALZAC, Méd. camp., 1833, p. 198). La bonne vieille radotait un peu. Elle avait un besoin de répéter les commérages du voisinage (ROLLAND, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 607):
2. ... je crois avoir déjà parlé de tout cela, et peut-être plus d'une fois. J'en garde la vague conscience. Oui, conscience que, dans ce que j'écris aujourd'hui, il m'arrive souvent de me redire. C'est ce que l'on appelle irrévérencieusement: radoter.
GIDE, Ainsi soit-il, 1951, p. 1213.
2. Empl. trans. indir., vieilli. Radoter de qqc. Parler à l'excès d'une chose que l'on admire. Que voulez-vous! Toutes les personnes qui ont déjà lu votre premier article sur Cromwell sont dans le ravissement: David, Sainte-Beuve, Paul en radotent (HUGO, Corresp., 1828, p. 445). Ma raison ne cessera mie De radoter de votre beauté (MORÉAS, Pèlerin pass., 1891, p. 13).
Prononc. et Orth.:[], (il) radote []. Att. ds Ac dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1180 radoté « fou, tombé en enfance » (Fierabras, 82 ds T.-L.); b) ca 1185 « tenir, par sénilité, des propos décousus et peu sensés » (ALEXANDRE DE PARIS, Alexandre, II, 10 in Elliott Monographs, 37, p. 78); 2. 1613 « dire des choses sans raison, sans fondement » (M. RÉGNIER, Satire, XIV, 8 ds Œuvres compl., éd. G. Raibaud, p. 189); 3. 1833 « se répéter, rabâcher » (BALZAC, loc. cit.). Issu, par remplacement de re- par ra- (servant prob. à marquer un renforcement de l'idée exprimée par le verbe), de l'a. fr. redoter (ca 1100 redoté « tombé en enfance » Roland, éd. J. Bédier, 905; ca 1155 redoter « tenir, par sénilité, des propos décousus et peu sensés » WACE, Brut, 1868 ds T.-L.), dér. d'un verbe doter, empr. au m. néerl. doten « être fou » (cf. aussi l'angl. to dote « radoter ») ou, déjà, à l'a. b. frq. (FEW t. 15, 2, p. 67a; VALKH., pp. 212-213). Fréq. abs. littér.:76. Bbg. QUEM. DDL t. 30. — SAIN. Sources t. 2 1972 [1925] p. 294.

radoter [ʀadɔte] v. intr.
ÉTYM. XIIIe; redoter, v. 1175; redoté « tombé en enfance », 1080; comp. de re-, et d'un radical germanique dot-, attesté par le moyen néerl. doten « rêver, tomber en enfance » (Cf. angl. to dote), p.-ê. avec infl. du lat. addubitare « hésiter » (→ Doute, douter).
1 Tenir des propos décousus, des discours dénués de sens. Déraisonner (→ Enfant, cit. 19).Tenir ces propos par sénilité. || Il commence à radoter, il devient gâteux. || Vieillard qui radote (→ aussi Ganache, cit. 4).
1 Sais-tu, mon pauvre Figaro, que tu commences à radoter ? Si je sais tout cela, qu'est-il besoin de me le dire ?
Beaumarchais, la Mère coupable, I, 2.
2 (…) que veux-tu ? si j'ai déjà les maladies des vieillards, il me sera bien permis de radoter comme eux.
Flaubert, Correspondance, 84, févr. 1844.
2 (1690). Répéter sans nécessité les mêmes choses, se répéter en parlant. Rabâcher.
3 (…) je crois avoir déjà parlé de tout cela, et peut-être plus d'une fois. J'en garde la vague conscience. Oui, conscience que, dans ce que j'écris aujourd'hui, il m'arrive souvent de me redire. C'est ce que l'on appelle irrévérencieusement : radoter.
Gide, Ainsi soit-il, p. 127.
DÉR. Radotage, radotant, radoterie, radoteur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • radoter — RADOTER. v. n. Dire des extravagances par un affoiblissement d esprit que le trop grand âge a causé. Il est si vieux qu il radote. il ne sçait plus ce qu il dit, il ne fait plus que radoter. il commence à radoter. On dit fig. d Un homme qui dit… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • radoter — Radoter, Delirare, Desipere. Veillard qui radote, Delirans senex, Desipiens. Radotant, Delirans …   Thresor de la langue françoyse

  • RADOTER — v. n. Tenir des discours, des propos qui prouvent un manque de sens, un affaiblissement d esprit. Il est si vieux, qu il radote. Il ne sait plus ce qu il dit, il ne fait que radoter. Il commence à radoter.   Il signifie, figurément et… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • radoter — vi. , parler radoter bêtement // sans savoir ce qu on dit, raconter des choses qui ne tiennent pas debout, tenir des propos dénués de sens, divaguer : BAZOTÂ, BAVÂ <baver>, sharam(è)lâ <chuchoter, raconter> (Arvillard). E. : Balbutier …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • RADOTER — v. intr. Tenir des propos décousus qui prouvent un affaiblissement de l’esprit. Il est si vieux qu’il radote. Il ne sait plus ce qu’il dit, il ne fait que radoter. Il commence à radoter. Il signifie, figurément et familièrement, Dire des choses… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • radoter — (ra do té) v. n. 1°   Tenir des discours qui manquent de sens et annoncent un affaiblissement d esprit. •   Un octogénaire plantait ; Passe encor de bâtir, mais planter à cet âge ! Disaient trois jouvenceaux enfants du voisinage ; Assurément il… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • radotage — [ radɔtaʒ ] n. m. • 1845; « sénilité » 1740; de radoter ♦ Propos d une personne qui radote. ⇒ rabâchage. ● radotage nom masculin Action de radoter, de rabâcher : Se répéter jusqu au radotage. Propos plus ou moins incohérents, en général… …   Encyclopédie Universelle

  • répéter — [ repete ] v. tr. <conjug. : 6> • déb. XIIIe; lat. repetere « chercher pour reprendre » I ♦ Recommencer à dire, à faire. 1 ♦ Dire, exprimer de nouveau (ce qu on a déjà exprimé). « Il ne me le dit plus; il ne fait que me le répéter »… …   Encyclopédie Universelle

  • déraisonner — [ derɛzɔne ] v. intr. <conjug. : 1> • desresonner XIIIe; repris 1740; de déraison ♦ Littér. Tenir des propos dépourvus de raison, de bon sens. ⇒ délirer, divaguer, extravaguer, radoter; fam. débloquer, déconner, déjanter, déménager,… …   Encyclopédie Universelle

  • rabâcher — [ rabaʃe ] v. <conjug. : 1> • 1735; « faire du tapage » 1611; var. de l a. fr. raba(s)ter (XIIe), d un rad. expressif rabb 1 ♦ V. intr. Revenir sans cesse, inutilement ou fastidieusement, sur ce qu on a déjà dit. « Les vieilles gens… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.